Éclipse solaire au QUEBEC

Éclipse solaire au QUEBEC

Les amateurs d’astronomie du Nord de l’Ontario se préparent à observer, jeudi, une éclipse annulaire partielle du Soleil. Dès le lever du jour, la Lune cachera une partie du Soleil.

L’éclipse sera seulement visible au nord de l’hémisphère nord, s’étirant de la Sibérie, jusqu’au Canada en passant par le pôle Nord.

Les personnes les plus au nord de l’Ontario pourraient observer le phénomène dans son entièreté, créant ainsi un « anneau de feu » dans le ciel.

« On a bien hâte parce que les éclipses ne s’observent en moyenne que tous les 18 mois », s’enthousiasme Lorraine Cantin, vice-présidente de Science Timmins.

 

Une éclipse solaire, c’est quoi ?

Une éclipse solaire, c’est un alignement parfait entre le Soleil, la Lune et la Terre. De notre planète, le Soleil se retrouve donc caché (ou éclipsé) derrière la Lune. Très tôt jeudi, la Lune masquera presque la totalité du Soleil (89 %) et seul un anneau de feu sera visible dans le ciel du nord du Québec. Ailleurs dans la province, 79 % du Soleil sera éclipsé. « Ce sera spectaculaire même à Montréal, s’exclame Olivier Hernandez, astrophysicien et directeur du Planétarium Rio Tinto Alcan. On aura l’impression qu’un croissant de Soleil est en train de se lever dans le ciel ! »

 

Un spectacle rare!

Une éclipse solaire se produit quand la Lune se place directement entre la Terre et le Soleil, le cachant en partie ou au complet. Dans le sud du Canada, l’éclipse sera partielle, c’est-à-dire que le Soleil ne sera pas complètement caché. À Montréal, l’éclipse sera déjà commencée au lever du Soleil, vers 5h07, et le maximum sera atteint à 5h39. À ce moment, 79% de la surface du Soleil sera cachée par la Lune. Une heure plus tard, à 6h39, l’éclipse sera terminée.

« Les éclipses solaires, même partielles, sont des phénomènes astronomiques rares, car ils ne sont visibles que dans une région limitée du globe. C’est vraiment un spectacle qui vaut la peine d’être admiré! » explique Frédérique Baron, astrophysicienne à l’Université de Montréal.

C’est dans un corridor qui s’étire du nord de l’Ontario et du Québec jusqu’en Sibérie, en passant par le Nunavut, que le spectacle sera le plus impressionnant, car la silhouette de la Lune viendra se placer directement sur le Soleil, cachant tout son centre et ne laissant qu’un anneau du Soleil visible.

« C’est la première fois qu’une telle éclipse — une éclipse annulaire — sera observée dans le ciel québécois depuis 1930 ! » ajoute Nathalie Ouellette, coordonnatrice de l’iREx, aussi astrophysicienne à l’Université de Montréal.

Envie de profiter de l’éclipse?

L’Institut et ses partenaires participent à plusieurs initiatives pour vous encourager à vous lever tôt le 10 juin pour apprécier cet événement rare!

Attention! Il ne faut jamais observer le Soleil directement, pendant une éclipse ou à tout autre moment. Même partiellement éclipsé, le Soleil représente toujours un grave danger pour la rétine.

« Pour observer le Soleil de manière sécuritaire, il faut utiliser un filtre solaire qui ne laisse passer qu’une infime fraction de la lumière, conforme à la norme [ISO 12312-2 : 2015], ou encore de suivre le spectacle indirectement, en utilisant un mécanisme de projection. » explique Frédérique Baron.

 

Des filtres solaires distribués gratuitement dans les bibliothèques à Montréal

À Montréal, ce sont plus de 4 000 filtres solaires qui seront distribués gratuitement grâce à une initiative conjointe de l’iREx, du Planétarium Rio Tinto Alcan d’Espace pour la vie, du Centre de recherche en astrophysique du Québec, de l’Observatoire du Mont-Mégantic et de la Société d’astronomie du Planétarium de Montréal.

Pour vous procurer une fiche d’information munie d’un filtre détachable qui permet de regarder le Soleil en toute sécurité, rendez-vous à la Bibliothèque des sciences du Complexe des sciences du campus MIL, à la Bibliothèque de mathématiques et informatique au Pavillon André-Aisenstadt ou dans votre bibliothèque municipale de l’île de Montréal. La plupart de ces dernières en distribueront, à partir du 1er juin. Faites vite! Les quantités sont limitées!

 

Et en Russie

Un spectacle réservé aux quelques habitants des latitudes les plus élevées, qui se trouvent pile dans l’axe: Nord-Ouest du Canada, extrême-Nord de la Russie, Nord-Ouest du Groenland et pôle Nord, où l’occultation du disque solaire sera de 87,8%, précise l’Observatoire de Paris-PSL.

L’éclipse annulaire sera aussi visible, mais seulement de manière partielle, dans le nord-ouest de l’Amérique du Nord, une grande partie de l’Europe, dont la France et la Grande-Bretagne, ainsi qu’une partie du nord de l’Asie.

À ces latitudes, et si le ciel est dégagé, les amateurs d’astronomie pourront observer une fraction du Soleil occultée par le disque noir de la Lune, à 20% à Londres, 16% à Lille, 13,2%% à Paris, 5,5% à Toulouse et seulement 2,8% à Marseille… «Plus on ira vers le Sud-Est, moins l’obscuration sera importante», a expliqué à l’AFP Florent Delefie, de l’Observatoire de Paris, qui retransmettra l’évènement en direct –et en gros plan sur sa chaîne YouTube.

L’éclipse durera environ deux heures, entre 11h et 13h en France métropolitaine, avec un maximum entre 11h55 et à 12h20. Elle ne sera «pas très spectaculaire» à ces latitudes, mais reste intéressante à observer, selon l’astronome.

Il est quoi qu’il en soit impératif de ne pas regarder l’astre directement, même avec des lunettes de soleil ou à travers un nuage. «Les brûlures rétiniennes peuvent être irréversibles», rappelle l’expert.

Les plus curieux devront se protéger avec des lunettes vendues dans les magasins d’astronomie (attention aux lunettes d’éclipse usagées), ou utiliser les moyens d’observation des astronomes amateurs.

On peut aussi la contempler indirectement, en projection sur le sol, à l’aide d’un morceau de carton troué, ou d’une écumoire.

Il s’agit de la première éclipse annulaire de l’année 2021, et la seizième du XXIe siècle. Ce phénomène astronomique arrive en période de nouvelle Lune, lorsque Terre, Lune et Soleil sont parfaitement alignés.

Si le diamètre apparent de la Lune est inférieur à celui du Soleil, une partie de la couronne de feu reste visible. Une éclipse totale, qui plonge brièvement une partie de la planète dans l’obscurité, se produit quand le diamètre de la Lune correspond exactement à celui du Soleil, vu depuis la Terre. Ce phénomène, plus rare, était notamment observable depuis la France en août 1999.

 

Intérêt international

Le club d’astronomie de North Bay et le club de la Société royale d’astronomie du Canada à Sudbury vont utiliser six télescopes pour une diffusion en direct de leurs images sur le site de la NASA et le site internet Timeanddate.

Luc Boulard, du club de Sudbury et amateur d’astronomie depuis plus de 10 ans, est l’un de ceux qui fournira des images pour la NASA.

« À Sudbury, on va voir à peu près à 95 % du soleil recouvert », explique M. Boulard qui regrette déjà de ne pas être plus au nord dans l’ouest de l’Ontario pour constater l’anneau de feu au complet.

 

 

 

 

Edmond